L'info Réelle...
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Côte d'Ivoire : le parti unifié cher à ADO renvoyé aux calendes grecques par son principal allié

News en temps réel - A53News.com le Lundi 12 Septembre 2016 à 01:02 | Lu 561 fois

Le PDCI, principal allié du RDR d’Alassane Dramane Outarra (ADO) au pouvoir, a annoncé qu’il n’entend point fusionner en faveur du parti unifié que souhaite le chef de l’Etat. Depuis des années, l’initiative présidentielle suscite de vives réactions entres les deux grandes formations politiques du pays. Alors que la présidentielle de 2020 s’approche, cette nouvelle fracture risque d’amplifier les tensions politiques qu’engendrent la bataille larvée pour la succession d’ADO.



Cela a le mérite de clarifier les choses et de dévoiler au grand jour les tensions qui commençaient à émerger entre le Rassemblement des républicains (RDR) d'Alassane Dramane Ouattara (ADO), et son principal allié au pouvoir, le Parti démocratique de Cote d'Ivoire (PDCI) d'Henri Konan Bédié.

Les déclarations du porte-parole de l'ancien parti unique, ce samedi 10 mars à Yamoussokro, vont certainement amplifier les tensions entre les deux alliés qui sont tout sauf une surprise au regard de leurs relations depuis quelques mois. Devant les cadres du parti qui assistaient à une cérémonie d'hommage à leur président, l'ancien ministre et hommes d'affaires, Jean Louis-Billon, a enfin fait savoir la position du PDCI sur le parti unifié que veut instaurer le chef de l'Etat à travers une fusion des deux formations.

« S'il doit y avoir un parti unifié, ce sera après l'alternance. Nous attendons de nos partenaires qu'ils nous soutiennent en 2020 comme nous avons su les soutenir en 2010 et en 2015». Le porte-parole du PDCI.

La question est hautement sensible et empoisonne les relations entre le RDR et le PDCI depuis des mois. Malgré les réticences de part et d'autre, le président ADO a promis que le parti unifié, projet qui lui tient particulièrement à cœur, verra le jour d'ici la fin de l'année.

Le PDCI et son président se sont jusque-là contentés de laisse dire même si certains faits et déclarations non officielles de certains de ses membres faisait émerger des doutes sur la réussite d'un tel processus. Au sein des deux formations, l'initiative présidentielle ne fait que des heureux. C'est particulièrement le cas au sein de l'ancien parti unique où certains cadres n'ont d'ailleurs jusqu'à présent pas digérer le soutien dès le premier tour apporté par le parti à ADO. L'initiative de Bédié avait provoqué des divisions au sein du PDCI et pour les prochaines présidentielles, le parti ne veut qu'un renvoi d'ascenseur du RDR.

Guerre de succession

Absent à la cérémonie, le président du PDCI n'a pas officiellement réagit à ces déclarations qui ne manqueront certainement pas d'irriter la Présidence. D'autant que les cadres du PDCI sont allés jusqu'à faire un appel du pied à Bédié pour 2020 en l'invitant à se « rendre disponible aux sollicitations des ivoiriens pour gouverner la Côte d'Ivoire ».

Dans la perspective de la présidentielle de 2020, cette position désormais affichée du PDCI participera à amplifier les tensions politiques que font émerger la guerre de succession d'ADO. Au sein du RDR même, plusieurs candidats sont bien en vue pour briguer le fauteuil présidentiel après l'actuel chef d'Etat qui jusque-là entretient le mystère sur l'identité de son dauphin.

Apres avoir fait front commun, au sein du RHDP, contre Laurent Gbagbo puis lors des scrutins qui se sont succédés depuis, le RDR et le PDCI ne sont pas cette fois loin du divorce. Même si les leaders des deux formations affichent une convergence de vue de façade, avec la position des cadres des deux partis, le malaise est avéré. Les prochaines présidentielles c'est en 2020 et d'ici là, les querelles politiques risquent de provoquer un nouveau cycle d'incertitudes pour la première puissance économique de l'UEMOA, une des plus dynamiques du continent.

(avec latribuneafrique)

A53News.com
Lundi 12 Septembre 2016
Vu (s) 561 fois
Notez


Politique | Economie | Simone Gbagbo | Blog Action | Société | Faits Divers | FPI | Sport | Education | Présidentielle | Histoire | Les Réactions













Incroyable !