L'info Réelle...
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

France : La réorganisation du palais de l'Elysée a démarré

Info du moment 7J/7 A53News.com - Vendredi 7 Septembre 2018 - 0 Commentaire| Lu 247 fois |

La reprise en main de la communication de l'Elysée est le top départ d'une vaste réorganisation du Palais présidentiel, qui emploie plus de 800 agents dont 55 uniquement pour la communication !



Le big bang a commencé. En pleine affaire Benalla, Emmanuel Macron avait affiché sa volonté de réorganiser les services de l'Elysée, après les " dysfonctionnements " révélés par les frasques de son ancien collaborateur, un projet confié à Alexis Kohler, le secrétaire général. Et c'est la communication du Palais présidentiel, très critiquée pendant cette affaire, qui va inaugurer ces changements.

Comme l'a détaillé Challenges, Bruno-Roger Petit devrait quitter ses fonctions de porte-parole et Sylvain Fort, actuellement en charge des discours du président, rejoindrait le pôle communication. Ces services de " com " qui emploient pas moins de 55 agents, seront restructurés. Actuellement, ils sont " sous l'autorité " de Sibeth Ndiaye, la conseillère presse, mais ne lui sont pas attachés. Une absurdité corrigée par la création d'un véritable poste de " dircom ", avec autorité hiérarchique et fonctionnelle sur ces agents.

En fait, la réorganisation du Palais présidentiel, qui emploie au total 822 personnes, a déjà été engagée de longue date. Entre septembre et décembre 2017, un vaste diagnostic de l’efficacité des services a, e effet, été réalisé : « L’état des lieux a souligné les limites de l’organisation actuelle », a pointé la Cour des Comptes dans son rapport sur le budget de l’Elysée, fin juillet, critiquant l’articulation entre le cabinet (45 personnes) et les services.

Un DG des services très attendu

L’affaire Benalla a un peu plus révélé cet archaïsme de la PME élyséenne avec « un fonctionnement défectueux de la chaîne hiérarchique et une organisation en silos des services », admet-on à l’Elysée. Par exemple, ce proche du président a bénéficié d’avantages (passeport diplomatique, véhicule de service utilisé pour ses besoins personnels…) accordés sans contrôle car il faisait partie du premier cercle. Pour mettre de l’ordre, un directeur général des services sera nommé ces prochaines semaines. Et un consultant extérieur est en cours de sélection pour épauler la réorganisation, qui démarre à la fin de l’année.

Point clé de cette refonte : la sécurité. Ces services, qui emploient le tiers des effectifs, sont éclatés entre le commandement militaire protégeant les bâtiments et le GSPR (Groupe de Sécurité de la présidence de la République) assurant la protection du président, lors de ses déplacements. Une fusion des deux entités est envisagée mais la question de son rattachement n’est pas tranchée.

Trois pistes : le ministère de l’Intérieur, celui de la Défense ou alors la création d’une garde prétorienne propre du président, totalement autonome. Cette hypothèse fait grincer des dents, notamment au ministère de l’Intérieur, auquel est actuellement rattaché le prestigieux GSPR. Désastreuse pour l’image d’Emmanuel Macron, l’affaire Benalla a eu au moins un avantage : accélérer la modernisation d’une machine élyséenne d’un autre âge…

(avec challenges.fr)

Vendredi 7 Septembre 2018
A53News.com
Vu (s) 247 fois
Notez



Dans la même rubrique :
< >

France Politique | France Economie | France - Société | France - Affaire à Suivre | France - Faits Divers | France - Scandale | France - Transport | France - Sport | France - Entreprendre | France - Médias | France - Interview