L'info Réelle...
Afrik53.com
Afrik53 - Actualité Africaine , abidjan, cote d'ivoire :  infos du jour 7j sur 7,  nouvelle afrique , infos du jour,  infos afrique  , actualité ivoirienne  ,  infos cote d'ivoire ,  actu Afrique , actu cote d'ivoire , news afrique, abidjan.net
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

France, les scooters électriques en libre service de Yugo arrivent à Bordeaux

Info du moment 7J/7 A53News.com - Vendredi 19 Janvier 2018 - 0 Commentaire| Lu 166 fois |

Une flotte de scooters électriques accessibles en libre-service, grâce à une application mobile, sera déployée dès le début du mois de février à Bordeaux sous la marque Yugo. Olivier Aureille, chef de projet avec deux partenaires, dévoile à La Tribune ce projet de test en France.



Née en Espagne sous l'impulsion d'entrepreneurs français, la startup Yugo est entrée en activité en février 2016 à Barcelone, où elle a déployé une flotte de plus de 200 scooters électriques en libre-service. Après avoir également mis pied à Madrid, Yugo prépare son arrivée dans d'autres villes espagnoles (Saragosse, Valence ...) et met également un pied en France, à Bordeaux. Trois chefs de projet, les trois ingénieurs, François Maurice, Thierry Lecoq et Olivier Aureille, s'apprêtent à déployer ce service sous la marque Yugo.

Président de la société E-scoot à l'origine de cette initiative, Olivier Aureille a travaillé pendant 10 ans chez L'Oréal en France et au Japon, sur des sujets de supply chain, avant de quitter le groupe pour se lancer dans une aventure entrepreneuriale. Depuis quelques mois, il travaille avec ses deux entreprises pour lancer l'offre à Bordeaux.

Yugo fonctionne sur le principe du flottement libre. Aucune station pour garer le véhicule. Les utilisateurs peuvent, grâce à l'application mobile de Yugo, localiser sur une carte le scooter électrique géolocalisé le plus proche, réserver pour les 15 prochaines minutes le temps de le rejoindre, le déverrouiller, ouvrir la boîte supérieure où ils trouveront deux casques, et commencer le métier de partir à l'aventure.

Une fois utilisé, le scooter électrique peut être déposé n'importe où, tant qu'il est garé sur un emplacement dédié aux deux-roues comme le prévoit le Code de la route. En tarif de croisière, hors offre de lancement, il faudra compter sur un coût de 22 centimes par minute d'utilisation. Yugo ne proposera ni abonnement ni ne fera payer de droit d'entrée.

Dans Bordeaux intra-boulevards

"Nous allons lancer le service au début du mois de février, précise Olivier Aureille. D'ici au printemps nous aurons déployé 50 scooters électriques dans Bordeaux intra-muros, dans le périmètre des boulevards, y compris dans le quartier de la Bastide."

Ce périmètre est important car les utilisateurs de ce service devront le respecter. Pour d'évidentes questions de logistique et de gestion d'une flotte assez peu dense au moins au début, le centre-ville est privilégié. Si d'aventure le conducteur dépasse le périmètre établi par la startup, cette dernière sera automatiquement prévenue et appellera l'utilisateur sur son téléphone pour lui enjoindre de revenir vers la zone autorisée.

France, les scooters électriques en libre service de Yugo arrivent à Bordeaux
Le périmètre de Yugo est circonscrit au centre de Bordeaux, à l'intérieur de la zone délimitée par les boulevards, incluant le quartier de la Bastide sur la rive droite

Sans stations, la question de la recharge des scooters électriques pouvait se poser. Yugo a résolu le problème :

"Dès qu'un scooter passera sous la barre des 20 % de batterie, nous le visualiserons sur la carte et nous irons nous-mêmes changer sa batterie. Cela nous permettra également de nous assurer du bon état du véhicule, de vérifier qu'il est garé correctement et de le déplacer si nécessaire."

Autre avantage : le remplacement d'une batterie à plat par une batterie chargée permet de s'épargner le temps de charge et donc de réduire le temps d'immobilisation du scooter.

Le free floating en question

Reste maintenant à voir quel sera le comportement des utilisateurs vis-à-vis des véhicules mis à leur disposition. Plusieurs opérateurs privés sont récemment arrivés en France avec des offres de vélo en free floating similaires. Gobee Bike, Obike et Ofo ont tous été confrontés à des actes de vandalisme et d'incivilité très importants qui impactent les comptes de ces entreprises et qui ont par exemple conduit Gobee Bike à se retirer de Lille et de Reims après quelques mois d'activité seulement.

"On sait parfaitement que ça arrivera et on a d'ailleurs une ligne budgétaire prévue à cet effet, explique Olivier Aureille. Mais on part aussi du principe que la très grande majorité des utilisateurs auront envie que le service perdure et donc qu'ils prendront soin du matériel. La géolocalisation des scooters nous permettra aussi de savoir qui l'a réservé en dernier. A Barcelone il n'y a pas eu beaucoup de casse. Même si en France, les comportements sont différents et que ce n'est peut-être pas un bon benchmark", sourit le porteur de projet.

Le développement récent du free floating a aussi généré des problématiques d'occupation de l'espace public, avec des vélos garés n'importe où, au beau milieu des trottoirs notamment. Sur ce point, Olivier Aureille et son équipe comptent faire preuve de pédagogie dès que possible et rappeler que le fait de se garer sur un emplacement deux-roues est imposé par le Code de la route. Olivier Aureille dit avoir contacté plusieurs personnes à la mairie de Bordeaux pour en discuter mais n'avoir pas encore eu l'occasion de présenter les projets de la startup.

Yugo Bordeaux débutera avec une équipe de 6 personnes, dont un mécanicien et plusieurs personnes chargées du service client et du changement des batteries électriques.


Vendredi 19 Janvier 2018
A53News.com
Vu (s) 166 fois
Notez


France - Politique | France Economie | France - Société | France - Affaire à Suivre | France - Faits Divers | France - Diaspora | France - Scandale | France - Transport | France - Sport | France - Entreprendre | France - Médias | France - Interview